Rétrospective 2022 - Édition d'été de art KARLSRUHE

Les visiteurs de l'exposition KARLSRUHE 2022 Crédits : Messe Karlsruhe/Jürgen Rösner
Les visiteurs de l'exposition KARLSRUHE 2022 Crédits : Messe Karlsruhe/Jürgen Rösner

Le 19e art KARLSRUHE a eu lieu du 7 au 10 juillet 2022. Découvrez ici ce qui a fait bouger le monde de l'art à Karlsruhe.

art KARLSRUHE - Modernisme classique et art contemporain : le retour à une véritable rencontre avec l'art

La 19e édition de la foire d'art a attiré un total de 30 000 visiteurs à Karlsruhe, la ville UNESCO des arts médiatiques. Le public de Karlsruhe s'est intéressé non seulement à l'art estival, mais aussi à l'acquisition d'œuvres d'art. Du 7 au 10 juillet, les halls se sont transformés en une vitrine et un marché de l'art couvrant plus de 120 ans. Pendant cinq jours, 215 exposants de 12 pays, dont la Turquie, la Grèce et les États-Unis, ont transformé le parc des expositions de Karlsruhe en une exposition et une place de marché aux multiples facettes pour l'art en tout genre, avec un accent particulier sur la peinture, la sculpture, la photographie et les éditions. Le fait que le charisme d'art KARLSRUHE reste intact même après l'interruption de la foire due à Corona est démontré non seulement par la participation des exposants participants, mais aussi par les réactions des galeristes...

Britta Wirtz, directrice générale de Messe Karlsruhe, tire un bilan positif de ces derniers jours : "Le transfert de l'art KARLSRUHE de sa place traditionnelle du printemps à l'été, qui s'est imposé cette année, a été très réussi. Pour couronner le redémarrage de notre salon, art KARLSRUHE a également permis de montrer le potentiel varié de Karlsruhe en tant que ville de culture. L'attention médiatique accordée à art KARLSRUHE a non seulement fait progresser l'image de Karlsruhe en tant que ville d'art, mais a également servi de tremplin pour sa désignation en tant que "Ville UNESCO des arts médiatiques". Le lien étroit entre la foire et la ville était perceptible, par exemple, dans l'apparition de l'Office culturel de Karlsruhe ou du ZKM dans le hall 3 nouvellement conçu."

La place des sculptures de l'artiste Rosali Schweitzer (présentée par la Galerie an der Pinakothek der Moderne) dans le hall 4.
La place des sculptures de l'artiste Rosali Schweitzer (présentée par la Galerie an der Pinakothek der Moderne) dans le hall 4.

Promenade à travers l'histoire de l'art

Avec 47 galeries venues de l'étranger et à peu près autant du Bade-Wurtemberg, l'art KARLSRUHE de cette année se présente comme un lieu de rencontre éminent de la branche, tant pour le commerce international de l'art que pour les galeries implantées dans la région. "Une visite de l'art KARLSRUHE ressemble donc toujours à une promenade à travers l'histoire de l'art", explique le curateur Ewald Karl Schrade.

Avec 180 One-Artist Shows, 24 places de sculptures ainsi que deux expositions spéciales, art KARLSRUHE 2022 a offert aux amateurs d'art non seulement des choses qui ont fait leurs preuves sous un nouveau jour, mais aussi des nouveautés qui ont mis en scène de manière créative la rencontre réelle avec l'art.

La joie d'un retour à une rencontre réelle avec l'art était grande à Karlsruhe. Crédits : Messe Karlsruhe / Lars Behrendt
La joie d'un retour à une rencontre réelle avec l'art était grande à Karlsruhe. Crédits : Messe Karlsruhe / Lars Behrendt

Des nouveautés pour un plaisir artistique plus détendu

Une structure modifiée des halls invitait les amateurs d'art à des découvertes passionnantes. L'art moderne classique et l'art d'après 1945 attendaient les visiteurs dans les halls avant. ContemporaryArt 21 était représenté dans le hall 2. La visite a été complétée par le hall 3 réaménagé qui, outre les expositions spéciales, abritait également l'ARTIMA art Forum.

"Nous enregistrons un grand succès pour le nouveau concept des halls. Malgré un nombre d'exposants toujours aussi élevé, les halls paraissent plus grands grâce à des couloirs transversaux généreux, les allées plus larges offrent non seulement de l'espace pour flâner avec art, mais contribuent aussi à une atmosphère plus détendue dans les halls", a encore souligné Schrade.

Des nouveautés ont également vu le jour au niveau du calendrier : pour la première fois, une journée a été consacrée à l'avant-première (6 juillet) et au vernissage (7 juillet). Cela a permis à un grand nombre d'acheteurs institutionnels, de marchands d'art et de collectionneurs de se familiariser avec le programme proposé, en particulier le premier jour.

"Si ça continue comme ça, je vais devoir retourner chez moi pour récupérer d'autres œuvres d'art. Le premier jour s'est super bien passé, la galerie a vendu quelques-unes de mes œuvres grand format. Je trouve que la suppression de l'avant-première et du vernissage est une bonne chose. On a tout simplement plus de temps pour s'occuper plus intensément des gens qui ont l'habitude d'acheter de l'art", a par exemple décrit l'artiste Stefan Gross ses impressions.

"Nous avons un bon réseau international. L'art KARLSRUHE est une excellente base pour notre présence en Allemagne. Nous avons sept artistes de sept pays de quatre continents comme sélection de notre portefeuille de galeries. En automne, nous ouvrirons une nouvelle délégation à Palm Beach. Nous sommes heureux d'être présents pour la première fois à Karlsruhe et nous apprécions ce rendez-vous estival", raconte par exemple Eva Maria Ostendorf, directrice de la Kristin Hjellegjerde Gallery (Berlin/Londres).

La galerie Anja Knoess (Cologne) et la galerie Geiger (Constance) ont également trouvé leur compte dans cette restructuration. "Je trouve cette égalisation super. Cela m'a permis de me concentrer sur des collectionneurs importants", a déclaré Stephan Geiger de la galerie du même nom.

Lors de l'édition d'été d'art KARLSRUHE, les visiteurs ne se sont pas seulement intéressés au plaisir de l'art, mais aussi à l'acquisition d'art. Crédits : Messe Karlsruhe / Jürgen Rösner
Lors de l'édition d'été d'art KARLSRUHE, les visiteurs ne se sont pas seulement intéressés au plaisir de l'art, mais aussi à l'acquisition d'art. Crédits : Messe Karlsruhe / Jürgen Rösner

Galeries et artistes se réjouissent de leurs bonnes ventes

Non seulement le retour à la rencontre réelle avec l'art a été célébré comme il se doit lors de l'édition estivale d'art KARLSRUHE, mais les ventes ont également satisfait de nombreuses galeries.

La galerie Schacher - Raum für Kunst (Stuttgart) tire un bilan positif de la foire de Karlsruhe. "Nous avons pu vendre la plus grande pièce d'exposition de notre artiste Shalva Gelitashvili. L'œuvre "Purple Rain" représente une peinture à l'huile sur des fenêtres de démolition et a suscité un grand étonnement sur notre stand. Les plaques de verre acrylique de Claudia Thorban, imprimées de motifs naturels, ont également trouvé de nombreux nouveaux fans", explique Marko Schacher, propriétaire de la galerie Schacher et l'un des conseillers de l'art KARLSRUHE.

La galerie Eric Bausmann (Halle) a également enregistré des succès satisfaisants après une courte période : "Nous sommes très satisfaits. Le deuxième jour, nous avions déjà environ la moitié de nouveaux accrochages".

La galerie de salons "Die Möwe" (Berlin) a réussi une vente particulière. Après que l'œuvre "Madeleine im Spiegel" de Lotte Laserstein, que l'on croyait perdue depuis longtemps, a été présentée pour la première fois au public lors de l'art KARLSRUHE, il n'a pas fallu longtemps pour que l'œuvre soit vendue. "Il y a beaucoup d'intérêt de la part des visiteurs. Dans tous les cas, Lotte Laserstein et dans l'ensemble, l'intérêt concernant les femmes est plus grand que celui envers leurs collègues masculins", déclare Claudia Wall de "Die Möwe".

La gagnante du prix art KARLSRUHE Ambra Durante (présentée par la Galerie Friese). Crédits : Messe Karlsruhe / Jürgen Rösner
La gagnante du prix art KARLSRUHE Ambra Durante (présentée par la Galerie Friese). Crédits : Messe Karlsruhe / Jürgen Rösner

art KARLSRUHE, la place la plus démocratique du marché de l'art

Le programme d'art KARLSRUHE de cette année s'est distingué en grande partie par sa diversité. "Cette année, il est difficile de trouver un point fort programmatique en dehors de la structure temporelle", a expliqué le curateur Ewald Karl Schrade. "C'est justement ce qui fait la beauté de notre foire : l'incroyable richesse des facettes des positions qui dialoguent entre elles", poursuit Schrade. Près de 1 500 artistes étaient visibles sur le salon grâce au programme des galeries. On y trouvait aussi bien de jeunes artistes en devenir comme Ambra Durante (Galerie Friese), lauréate du prix art KARLSRUHE née en 2000, que de grands noms de l'histoire de l'art comme Lovis Corinth ou Heinz Mack.

Cet éventail se reflète également dans les segments de prix proposés. Ainsi, l'art KARLSRUHE a enregistré des transactions commerciales portant sur des œuvres dont les prix se situent dans une fourchette à six ou sept chiffres ; mais les débutants ont également pu trouver de nombreux titres susceptibles d'éveiller leur envie de collectionner des œuvres d'art. "Cette année encore, nous voulions affirmer notre réputation de foire d'art sans doute la plus démocratique du pays. C'est pourquoi nous tenions à offrir aux jeunes collectionneurs une plateforme d'inspiration, par exemple à travers l'exposition spéciale d'estampes", explique Britta Wirtz.

Le prochain art KARLSRUHE aura également lieu à une période plus chaude de l'année et invitera les amateurs d'art du 4 au 7 mai 2023 dans les halls d'exposition de Karlsruhe.

Gary Schlinheider, exposé par la galerie burster, lauréat du Prix Loth de l’espace sculpture 2020

Cette année lauréats du Prix Loth de l’espace sculpture - sponsorisé par L-Bank sont Gary Schlinheider et galerie burster, Berlin.

Doté de vingt mille euros par L-Bank et décerné pour la troisième fois lors de l’édition 2020 du salon, ce prix rend hommage à l’œuvre de Wilhelm Loth, sculpteur allemand mort en 1993.

Kirsten Eggers, directrice de la König Galerie à Berlin, a accepté le prix en son nom.

2020, le prix a été décerné à la KÖNIG GALERIE et à l'artiste Annette Kelm. Kirsten Eggers, directrice de la König Galerie à Berlin, a accepté le prix au nom de l'artiste.

Lauréate du prix 2020 : Helga Schmidhuber

La Fondation Hans Platschek à Hambourg, fondée en 2005 par l'avocat Kurt Groenewold, a décerné pour la treizième fois le prix Hans Platschek pour l'art et l'écriture. Comme chaque année, le conseil d'administration élit un juré individuel, qui désignera un lauréat pour la cérémonie de remise des prix. Le seul juré 2020 était Alexander Klar, directeur de la Kunsthalle de Hambourg, qui a désigné l'artiste Helga Schmidhuber comme lauréate du Prix Hans Platschek 2020.

ARTIMA art meeting 2020: journaliste Carl Friedrich Schröer et Dr Felix Krämer, directeur du Kunstpalast Düsseldorf

Le modérateur Carl Friedrich Schröer, critique d'art de Düsseldorf, s'est entretenu avec ses invités lors de la ARTIMA art meeting dans le cadre de quatre discussions individuelles sur le thème de la sculpture.

Le Dr Felix Krämer, directeur général du Kunstpalast de Düsseldorf et le sculpteur Olaf Metzel ont ouvert la réunion.

Le lendemain de la foire, l'artiste Vera Röhm ainsi que le commissaire de la foire Ewald Karl Schrade et le membre du conseil consultatif Christian K. Scheffel, initiateur de la biennale de sculpture "Blickachsen", ont répondu aux questions.